Multipotentiel, Multipotentialité, Multipotentialiste

La multipotentialité est la capacité d’une personne à exceller dans deux domaines ou plus. C’est aussi la capacité à s’intéresser à différents domaines plutôt que d’être fort dans un seul. Un multipotentialiste est la personne qui possède ces capacités, elle est multipotentielle. Pour des questions de simplicité, je vais dans cet …

Qu’est ce que l’échec et comment le gérer ?

Qu’est ce que l’échec ?

La définition de l’échec est :  Résultat négatif d’une tentative, d’une entreprise, manque de réussite.
Ses synonymes sont défaite, insuccès, revers.

Concrètement un échec est le fait de ne pas arriver au résultat prévu ou espéré.

L’échec dans notre société

Actuellement, notre société valorise uniquement les succès. Elle ne montre que cela et les réseaux sociaux encore plus. Effectivement on voit rarement sur les pages Facebook, Instagram et Pinterest, le gâteau raté, le dessin non terminé ou la personne qui se réjouit de son refus de stage.

Mais pensez-vous que tout ce que vous voyez dans les médias, sur les réseaux sociaux, sur le net est le résultat d’une seule tentative ? Personnellement, je suis certaine que non. On ne nous montre que le résultat final, la meilleure de toutes les versions.

On oublie les difficultés

Et même dans nos vies, on ne retient que le meilleur. On oublie qu’avant d’avoir cet appartement que l’on aime tant il y a eu :

  • dépasser ces peurs de quitter notre ancien appartement au risque de ne pas se plaire dans un autre, d’avoir des propriétaires moins sympa, d’engager des frais difficiles à gérer…
  • les recherches fastidieuses,
  • les visites décevantes,
  • les cartons et le déménagement épuisant,
  • la « joie » de refaire les peintures
  • le ballon d’eau chaude qui lâche une semaine après notre arrivée

Alors quand aujourd’hui, une ami nous dit que l’on a trop de chance d’avoir cet appartement,on répond : « c’est clair que j’ai de la chance ». Mais ce n’est pas de la chance. C’est une suite d’actions et des heure de « travail ».

Dans les études c’est pareil. On oublie que quand on a passé le brevet, on était mort de trouille et que l’on a passé beaucoup de temps à relire nos cours d’histoire, à refaire des exercices sur cet affreux théorème de Thalès et à réciter les définitions de figures de style qui ne voulaient pas rentrer. Aujourd’hui on dit le brevet c’était facile.

On a oublié que avant le résultat, il y a eu beaucoup de travail et surtout beaucoup d’échecs. Combien de Thalès rédigé avant de ne rien oublié ? Combien de révision avant de connaitre toutes ces dates d’histoire ?

Notre vision de l’échec

L’échec est une notion qui est très personnelle. Sur un même devoir, un élève peut être extrêmement déçu avec un 12 alors que ce sera un super résultat pour un autre.

On perçoit un échec lorsqu’il y a un égard entre ce que l’on prévoie et ce qui se produit réellement.

Vision de l’échec

Mais certaines personnes sont plus impactées que d’autres de leurs échecs. Je pense que cela dépend de la vision que l’on se fait de l’échec. Certain perçoivent l’échec comme une étape vers le succès. Ces personnes ont compris que l’on ne réussi que très peu de chose (voir rien) du premier coup et que c’est par analyse de ce qui ne fonctionne pas que l’on se rapproche de son but. Pour elles, ce qui est un échec définitif pour beaucoup est en fait juste une étape, un apprentissage pour eux.
Pour Georges Clémenceau : « Il n’y a qu’une façon d’échouer : c’est abandonner avant d’avoir réussi. »
Et toi, est ce que tu baisses les bras dès la première déconvenue ? Ou est-ce que tu réessayes jusqu’à y arriver ?

S’identifier à ses échecs

Cela dépend aussi, si on a la mauvaise habitude de s’identifier à ces échecs. Ce n’est pas parce que je n’arrive pas à faire cet exercice de physique ou à passer mon code du premier coup que je suis nulle. Il ne vous viendrez pas à l’esprit de penser que quelqu’un qui ne joue pas une symphonie de Bach du premier coup est nul. Vous n’êtes pas surpris qu’il faille plus d’une heure de cours de ski avant de descendre facilement une piste noire.

Alors pourquoi, voudriez vous tout réussir, sans chuter et sans entrainement. La chute, l’erreur et l’échec font partie du processus qui mène au succès.
Ni vous ni moi, n’avons su marcher, parler, faire du vélo du premier coup et bien tout est comme cela dans la vie.

Quelques exemples de personnes célèbres

Si certaines personnes avaient baissé les bras rapidement, beaucoup de choses qui ont connu un grand succès n’existeraient pas.

  • Abraham Lincoln a fait deux fois faillite et a perdu 7 élections majeures avant de devenir président. Vous imaginez s’il avait abandonné à la 5ème défaite ?
  • Thomas Edison a fait plus de 10 000 essais avant de créer l’ampoule
  • Walt Dysney était déjà mondialement connu pour ses dessins animés quand il a  eu l’idée de créer un parc à thème. Pourtant au début aucun banquier ne voulaient financer cette drôle d’idée. Heureusement qu’il ne sait pas arrêté après les dix premiers refus…
  • Plus de 10 éditeurs ont dit à J.K. Rolling que Harry Potter n’était pas publiable. Aujourd’hui la sage est publié en 80 langues sans parlé de tous les dérivés des livres (films, théâtre, objets…).

Concrètement pour les cours çà donne quoi ?

Je voudrais déjà vous rappeler qu’une mauvaise note n’est pas un échec irrémédiable, même si c’est au bac. Une note est un résultat à un instant T sur un sujet précis. On n’est pas nul parce que l’on a eu un 5/20. C’est le devoir qui est mauvais, pas celui qui l’a rédigé.

Par contre quand cela arrive il faut prendre le temps de comprendre ce qui n’a pas fonctionné. Car quand on répète les mêmes choses à l’identique, on obtient les mêmes résultats. Il faut que chaque échec, chaque erreur soit une source d’apprentissage. Est-ce la pression ou le stress ? un manque de travail ? une mauvaise méthode de travail ? Dans ce dernier cas je te renvoie vers d’autres de mes  articles (kaizen et ceux sur les techniques d’apprentissage cône de Dale, apprendre son histoire ou apprendre une histoire et méthode Feynman).

Ne pas échouer avant d’avoir commencé

Je vois de plus en plus de mes amis et de mes élèves qui échouent avant même de tenter. Certains à cause d’une estime de soi trop faible (je ne suis pas assez doué pour çà), d’autres par peur du regard des autres (ils vont penser que c’est ridicule comme idée), par peur de l’échec (et si je me plante ???). Ces raisons de ne pas démarrer un projet ou un cours ou un changement dans sa vie peuvent être conscientes ou non, être isolées ou toutes présentes en même temps.

Je pense qu’elles sont toutes réelles et présentes chez chacun d’entre nous à des degrés variables mais elle sont toutes erronées.

  • tout ce que nous avons appris nous a demandé des efforts même si aujourd’hui on ne s’en souvient plus. La plasticité de notre cerveau nous permet d’acquérir des milliards d’informations et nous pouvons apprendre tout ce que nous voulons. Ce ne sera pas simple mais ce n’est pas impossible.
  • il n’y a que ceux qui ne font rien qui n’échouent pas. Si quelqu’un se moque de vous c’est qu’il n’a lui même pas essayé. Ne laissez  pas quelqu’un vous dire que vous n’y arriverez pas. Il n’en sait rien et ce sont ses peurs à lui qui parlent.
  • la façon la plus certaine d’échouer et de ne pas commencer.
  • Même si après plusieurs tentatives vous arrêtez votre projet, vous aurez forcément plus appris (sur le sujet, sur vous même) que si vous n’aviez pas commencé.

« Je ne perds jamais. Soit, je gagne, soit j’apprends. »

Nelson Mandela

Kaizen

Définition et origine Le mot kaizen vient de deux mots japonais kai (=changement) et zen (=bon). En français, on le traduit le plus souvent par amélioration continue. Le kaizen est donc une philosophie ou un processus qui prône de petites améliorations au quotidien. La culture occidentale est plutôt basée sur …

Les 7 bonnes habitudes à prendre dès la rentrée

Certains prennent leurs bonnes résolutions au 1er janvier, moi j’en prends pour la rentrée et je pense que lorsque l’on est élève ou étudiant c’est une période propice pour cela. Alors voici une liste de 6 bonnes résolutions pour cette année scolaire 2017-2018. Si vous n’êtes pas étudiants, ne partez …